Marchandises

Rubéole chez les enfants

Rubéole chez les enfants

La rubéole est une maladie contagieuse qui survient généralement pendant l'enfance. La maladie est moins courante aujourd'hui, en raison de l'administration prophylactique du vaccin contre le virus qui cause la maladie.

Avec l'introduction du vaccin en 1963, le nombre de cas de rubéole a diminué de 99%. Avant l'introduction du vaccin, la rubéole est apparue dans les foyers annuels (fin de l'hiver et début du printemps) et a produit un grand nombre de maladies (jusqu'à 10% de mortalité).

étiologie

La rubéole est une maladie infectieuse produite par un virus à virus alpha (togavirus), le plus souvent transmis par voie aérienne, à travers des gouttes de Pflugge (petites particules de salive, plusieurs microns de diamètre, éliminées par les éternuements et contenant des millions de agents infectieux).

Le virus de la rubéole peut persister dans l'air jusqu'à 2 heures, période pendant laquelle il peut être inhalé par tout enfant dans un rayon de plusieurs mètres.

La période d'incubation (le temps nécessaire au virus pour se multiplier et provoquer des symptômes) est comprise entre 10 et 20 jours. À la porte d'entrée, le nasopharynx (la partie anatomique entre les narines et le pharynx, est la porte d'entrée de la plupart des infections virales aéroportées), le virus se multiplie et après 5-8 jours, il passe dans le sang (virémie).

Toute personne atteinte de rubéole est contagieuse 4 jours avant et après l'apparition caractéristique de la maladie (apparition d'une éruption cutanée).

Symptômes

Les symptômes caractéristiques de la rubéole sont les suivants:

- la phase prodromique, d'apparition, dans laquelle se trouvent des symptômes et des signes similaires à ceux des virus respiratoires: catharsis oculonazale (démangeaisons dans les muqueuses des yeux et du nez), hyperlacrimation, maux de tête, syndrome fébrile, fatigue, incompétence

- l'apparition de microroadénopathies généralisées (inflammation des ganglions lymphatiques). Les adénopathies apparaissent d'abord dans la région cervico-submaxillaire (les faces latérales du cou et la zone sous-maxillaire), l'occiput, puis se généralisent (l'aine, la région axillaire, etc.). Les ganglions lymphatiques ont la taille de certains grains et sont douloureux au toucher. L'adénopathie persiste même après la période éruptive, parfois plusieurs semaines après le début de la maladie.

- installation d'exanthème maculaire (éruption qui se produit dans les muqueuses et la peau). Les lésions cutanées sont de petite taille, de la taille d'un grain de riz, elles sont rougeâtres, discrètement mises en évidence, prurigineuses (démangeaisons), apparaissant initialement sur le visage et le cou, et s'étendront ensuite à la poitrine et aux membres. L'éruption persiste pendant environ 5 jours, après quoi elle disparaît progressivement.

Complications

La rubéole peut être compliquée chez 20 à 30% des patients. Parmi les complications les plus courantes, nous mentionnons:

- les diarrhées et otites chroniques sont les plus courantes, en particulier chez les jeunes enfants;

- pneumonie;

- la méningite (inflammation de la muqueuse cérébrale) et l'encéphalite (inflammation des tissus cérébraux) sont rarement rencontrées, mais elles sont graves et difficiles à traiter, laissant des séquelles dans la plupart des cas. Les complications à ce niveau ont un taux de mortalité élevé (50%) et nécessitent un traitement médical d'urgence;

- L'arthrite des doigts, du poignet, des genoux est également une complication pénible et survient dans la plupart des cas chez les femmes;

- troubles de l'hémostase (hémorragies), peuvent provoquer des saignements dans les yeux ou le cerveau.

Les complications de la rubéole surviennent le plus souvent chez les enfants de moins de 5 ans et chez les adultes de plus de 20 ans.

Traitement

En cas de suspicion de rubéole, la consultation médicale spécialisée devient obligatoire, surtout si l'enfant a été en contact avec une autre personne diagnostiquée avec la rubéole.

Le diagnostic de rubéole peut être confirmé par le spécialiste infectieux ou pédiatrique qui reconnaît facilement les signes et symptômes de la maladie (adénopathies, éruptions cutanées). Le diagnostic de certitude se fait en identifiant le virus (tests sérologiques), mais ces investigations ne sont pas routinières.

Le traitement symptomatique de la maladie consiste en l'administration du médicament antipyrétique (qui diminue la fièvre). Le médicament le plus couramment utilisé à cette fin est l'acétaminophène (paracétamol) qui se trouve sous plusieurs formes, suppositoires, sirop, comprimés effervescents et comprimés oraux.

L'aspirine ne doit pas être administrée aux enfants car elle est associée au syndrome de Reye, une maladie rare mais potentiellement mortelle. Des immunoglobulines spécifiques contre le virus responsable de la rubéole peuvent être administrées à tous les enfants, non préalablement immunisés, dans un délai maximum de 6 jours après l'exposition.

Ce traitement prévient l'apparition de la maladie ou de formes graves et compliquées de la maladie. Les enfants âgés de plus de 6 mois qui ont été précédemment exposés (jusqu'à 72 heures après l'exposition) peuvent recevoir une dose spécifique de vaccin contre la rubéole en plus d'immunoglobulines spécifiques.

L'enfant sera revacciné à 12 mois et de nouveau vers l'âge de 4 à 6 ans pour lui conférer une immunité adéquate contre la maladie.

Le vaccin contre la rubéole

Le vaccin contre la rubéole contient un virus vivant atténué (virus qui a été précédemment traité en laboratoire et qui, par différentes méthodes biologiques, a diminué la virulence).

Il stimule le système immunitaire de l'enfant, ce qui entraîne la formation d'anticorps protecteurs contre le virus, de sorte que lorsque la personne entre en contact avec le virus de la rubéole, elle ne provoque pas la maladie ou n'en fait pas une forme bénigne de la maladie.

Le vaccin est la seule méthode efficace de prévention de la maladie (efficacité d'environ 95%). Il est recommandé d'administrer le vaccin contre la rubéole aux enfants âgés de 12 à 15 mois avec une revaccination vers l'âge de 4 à 6 ans. Le vaccin contre la rubéole peut être associé à celui contre la rougeole et les oreillons (combiné) et peut être administré vers l'âge d'un an (ROR). Le vaccin est administré après l'âge d'un an et pas avant, pour deux raisons. Un tel que le nouveau-né est protégé contre la maladie par des anticorps reçus de la mère (transplacentaire et lait) dans les premiers mois de vie.

La deuxième raison est en fait une contre-indication, à savoir que le vaccin contient un virus vivant, qui peut produire à cet âge lorsque l'immunité n'est pas complètement développée, des formes graves de la maladie avec des complications mortelles.

La rubéole est considérée comme une maladie grave si elle survient chez la femme enceinte, car le virus à l'origine de la maladie peut détecter de graves malformations du fœtus (syndrome pluriformatif).

Parmi les malformations congénitales les plus courantes chez les enfants nés de mères atteintes de rubéole, nous mentionnons:

- cardiopathies (persistance du canal artériel, défaut septal auriculaire ou ventriculaire);

- anomalies oculaires (cataractes, microphtalmie, glaucome, colobome, strabisme);

- des malentendants, qui se manifestent par une surdité de perception et des troubles de l'équilibre.

Du fait qu'il n'existe qu'un traitement prophylactique de la maladie (vaccination de la mère 3 mois avant la grossesse), le diagnostic de rubéole congénitale a généralement une indication d'avortement thérapeutique.

Tags Rubeola enfants Maladies de l'enfance