Information

Grossesse et cytomégalovirus (CMV)

Grossesse et cytomégalovirus (CMV)

question:

- En octobre 2006, je suis tombée enceinte et en novembre, le test CMV (virus du cytomégalo) s'est révélé positif (le premier test sérologique s'est révélé incertain et le test suivant, plus performant, s'est révélé positif). On m'a dit que l'infection ne faisait que commencer. Le 15 décembre, sur les conseils du médecin, j'ai interrompu ma grossesse. Parce que les menstruations n'ont eu lieu qu'aujourd'hui, vous êtes peut-être tombée enceinte. Je voudrais savoir si, si je décide de continuer la grossesse, elle peut être affectée par ce virus.

Réponse:

Si avant la menstruation la menstruation était relativement régulière, cette période d'aménorrhée (absence de saignement menstruel) peut s'expliquer soit par une synéchie (une fixation des parois utérines à la suite de la réponse inflammatoire après agression donnée par le curetage utérin), soit par le non élimine la grossesse.

Le diagnostic de certitude peut être obtenu en répétant le test de grossesse et en effectuant une nouvelle consultation spécialisée suivie d'une échographie; le dosage de HCG peut également être utile à cet égard.

Dans le cas d'une synéchie, sa résolution peut être obtenue en se dilatant avec les dilatateurs Haegar utilisés également en curetage, au moyen de l'hystéroscope (un tube mince est inséré dans la cavité utérine qui, outre la possibilité de visualiser la cavité, a également une capacité d'intervention, démantelant ainsi les parois utérines et résolvant ainsi la synéchie), ou en installant un stérilisateur, qui a également la propriété de prévenir les récidives de la synéchie en le gardant intra-utérin pendant 2-3 mois.

Dans la situation où la grossesse est restée viable dans la cavité utérine, la situation devient un peu compliquée. Normalement, une distance entre l'infection à cytomégalovirus et la grossesse d'au moins 6 mois est indiquée, mais l'infection par ce virus au début d'une grossesse n'est pas une indication absolue de l'interruption de grossesse.

15% des femmes enceintes qui présentent spontanément une fausse couche au CMV au cours du premier trimestre de la grossesse, l'infection ne se limitant qu'au niveau placentaire (en effet, une fréquence plus élevée d'infection fœtale a été observée dans le cas d'une infection que des infections secondaires).

Plus tard, pendant la grossesse, une infection placentaire peut être associée à une infection fœtale. Le virus dissémine l'hématogène vers le placenta, qui agit comme un réservoir dans lequel le cytomégalovirus se réplique avant d'être transmis au fœtus, à 25%. Le cytomégalovirus persiste dans le tissu placentaire longtemps après la disparition du virus de la circulation sanguine. L'infection fœtale est dans la plupart des cas asymptomatique, de sorte que le diagnostic est rarement posé pendant la grossesse, sauf dans les cas où la mère a eu une infection symptomatique à CMV, confirmée sérologiquement (comme dans votre cas).

L'infection fœtale symptomatique se manifeste par: retard de croissance, oligoamnios, anasarca, dilatation ventriculaire, calcifications intracérébrales, microcéphalie, épanchement péricardique, images hyperécogènes intra-abdominales, calcification intrahépatique accompagnée d'ascite; changements qui peuvent être mis en évidence par échographie morphologique fœtale et / ou IRM fœtale.

Cette infection peut également entraîner la mort du fœtus dans l'utérus. En conclusion, je vous recommande de retourner au service d'obstétrique et de gynécologie d'abord pour un diagnostic de certitude, puis pour réévaluer le cas et établir la conduite ultérieure.

La décision finale que je vous conseille de prendre après avoir discuté avec l'obstétricien des risques liés à l'association d'une grossesse à une infection à cytomégalovirus dans votre cas.
Dr. Ciprian Pop-Began
Obstétrique et Gynécologie - Hôpital Clinique d'Obstétrique-Gynécologie Prof. Dr. Panait Sarbu