Court

Anesthésie péridurale - risques et conditions

Anesthésie péridurale - risques et conditions


L'anesthésie péridurale ne peut être appliquée à aucune femme enceinte, car il existe des risques et des conditions pour la mise en place d'une anesthésie péridurale, en fonction des résultats de l'analyse de la future mère.
Conditions pour pouvoir réaliser une anesthésie péridurale
Toutes les femmes enceintes ne peuvent pas opter pour une anesthésie péridurale. Il existe plusieurs raisons physiques ou liées à la santé pour lesquelles cette décision peut dépendre:
• Certains médicaments que vous prenez, votre composition sanguine, des problèmes de dos, des saignements massifs ou le manque d'anesthésiste pendant la maternité.
• Certains hôpitaux n'autorisent pas l'anesthésie péridurale dans certains cas, par exemple lorsque vous avez atteint une dilatation maximale (10 cm) ou pas avant 4 cm. Mais le fait que vous ne puissiez faire qu'une péridurale dans cet intervalle de dilatation est un mythe.
En effet, si vous atteignez une dilatation de 8 à 9 cm, les contractions sont très fortes et il devient plus difficile de monter votre cathéter péridural, mais retarder la péridurale peut réduire certains des risques associés à cette procédure.
Si, cependant, il est trop tard pour mettre en place une anesthésie péridurale, vous optez généralement pour des analgésiques intraveineux, qui ne font pas disparaître complètement la douleur, mais vous détendent et vous aident à vous concentrer. La bonne partie est qu'après les avoir utilisés, vous avez la liberté de mouvement et le contrôle de votre corps.
Il ne faut donc pas vous refuser l'installation d'un cathéter pour l'anesthésie péridurale à tout moment, sauf lorsque la tête du bébé est déjà sortie.
Risques en cas d'anesthésie péridurale
Le choix d'une anesthésie péridurale pour éliminer la douleur peut entraîner une perte de contrôle de la grossesse sur votre propre corps. Souvent, la décision de faire une péridurale est prise sans être conscient des risques possibles pour la mère et l'enfant.
• La péridurale double le risque d'avoir besoin d'une césarienne et l'accouchement peut s'avérer plus difficile.
• Des quantités importantes de médicaments utilisés en anesthésie péridurale, qui sont injectés autour de la moelle épinière, atteignent le placenta et donc le bébé.
• La pression artérielle chute et cet effet indésirable se manifeste chez une femme de huit ans. Le flux sanguin ralenti entraîne une diminution de la quantité d'oxygène qui atteint le fœtus.
• La deuxième étape du travail est ralentie, augmentant les chances d'utiliser la pince.
• L'anesthésie affecte également les muscles pelviens, muscles qui guident la tête du fœtus. Ainsi, les chances que le bébé sorte correctement sur le canal génital diminuent.
• Si la pince est utilisée ou si le deuxième stade du travail devient trop long, une épisiotomie est généralement effectuée.
• En plus de l'utérus, il amortit également la vessie, ce qui implique l'utilisation d'une sonde d'urine, qui n'est ni confortable ni agréable.
• Les effets indésirables de l'anesthésie péridurale comprennent des démangeaisons (démangeaisons) sur toute la surface de la peau (un effet courant surtout lorsque l'anesthésique utilisé est opiacé ou causé par la morphine). La morphine provoque également l'herpès dans certains cas.
• Une partie des cas d'anesthésie péridurale a montré des vomissements ou des frissons, causés par l'effet de l'anesthésique sur le système thermorégulateur.
• Lorsqu'une péridurale est montée depuis plus de cinq heures, la température corporelle et la pression artérielle augmentent, ce qui peut être un signe d'infection affectant l'utérus et le fœtus.
Les complications de ce type se produisent rarement:
• Zones d'amortissement, qui disparaissent souvent après trois mois;
• Toucher les feuilles méningées, ce qui peut provoquer des maux de tête prolongés et parfois même sévères;
• Dans certains cas, la perte de sensibilité et de faiblesse dans les zones touchées par la péridurale, mais elle disparaît aussi généralement après trois mois;
Des études spécialisées ont suggéré que l'anesthésie péridurale est liée à la libération d'ocytocine, ce qui réduit la lactation.
Les complications graves mais rares impliquent des lésions nerveuses permanentes, des convulsions et des difficultés à respirer et la fonction cardiaque ou même la mort qui peut être attribuée à l'anesthésie péridurale.
Une étude réalisée par des chercheurs britanniques montre qu'en cas d'anesthésie péridurale à la naissance, les femmes enceintes ne devraient pas être particulièrement inquiètes, le risque de blessure permanente étant de 1 sur 80 000. Globalement, les risques de complications étaient très faibles, de l'ordre de 1 à 23 000, avec jusqu'à 10% de moins qu'initialement estimé.